19 August 2017

La cover de Sunny par Dorian

Salut à tous !

Dans cette article on va parler du morceau Sunny de Boney M, mais composé par Bobby Heb :

 

Et que j’ai voulu réinterpréter à ma manière :

 

 

La vidéo d’explication

 

Les partitions

Voici la liste des partitions que j’ai rédigé pour vous:

Comment interpréter cette chanson?

Pratiquer sa voix intérieure

Toujours dans la démarche de s’obliger à mettre de sa propre personnalité dans une interprétation/composition/son, l’on va continuer notre long travail d’extériorisation. Le jeu en vaut la chandelle.

Rappelez vous toujours : à partir du moment ou vous produisez un son, il doit être contrôlé et maîtrisé, chaque note doit être pensé, c’est vous qui décidez ce que vous voulez faire entendre. Travaillez à votre voix intérieure pour pouvoir l’extérioriser : plus vous maîtriserez l’outil technique, plus vous l’oublierez, plus vous jouerait votre jeu.

Comment la travailler ?

Cette interprétation et cette vidéo ne vient pas de nul part, je regardais les conférences de John Mayer à Berklee sur la composition et l’interprétation quand j’ai repris ce morceau:

 

Dans ces vidéos il joue quelques extraits de ces morceaux, son style d’enrichissement d’accord est tout de suite reconnaissable. Les accords de 7è, 9è + 11è comme l’on retrouve dans “I don’t need no doctor” ont une couleur vraiment originale. Je parle de John Mayer parce que j’ai réutilisé ces accords de 7,9,11 et beaucoup d’accords de 11ème (qui donne une couleur moderne à beaucoup des morceaux de Mayer).

On pourrait dire que c’est une cover de sunny “à la manière de …” puisque je me suis inspiré du style de John Mayer pour les accords. Prendre des libertés sur l’harmonie et les enrichissements d’un morceau ne veut pas dire “transformer” le morceau, c’est ce que font les musiciens de jazz depuis des dizaines d’années déjà mais n’oubliez JAMAIS que c’est la mélodie qui prime, ne modifiez pas cette mélodie, vous n’en avez pas le droit puisque vous perdez l’auditeur immédiatement, sauf cas exceptionnel comme Imagine repris par perfect circle dans le mode mixolydien b6 :

 

Enrichissements d’accords

Les méthodes pour comprendre les enrichissements d’accords peuvent paraître rébarbative mais elles permettent d’une part de comprendre l’harmonie, et d’autre part de chercher vos propres harmonisations. Vous pouvez commencer par les accords les plus simples que vous connaissez (avec tout de même la 7ème). Par exemple; en partant du modèle tonique (corde de mi), septième (corde de ré), tierce (corde de sol) et quinte (corde de si) ; il vous suffit de changer de place une de ses notes pour la transformer :

  • si je baisse de 2 cases (1 ton) ma quinte, j’obtiens une quarte
  • si je baisse d’une case (½ ton) ma septième, j’obtiens une sixte (majeure)
  • si je baisse d’une case (½ ton) ma tierce, j’obtiens une neuvième

Donc je peux obtenir tous les enrichissements que je souhaite avec cette méthode, je sélectionne quelle note je veux obtenir et je l’obtiens en transformant ma position initiale. Il faut ensuite essayer de nombreuses combinaisons et surtout de décliner ces enrichissement sur chaque degré d’accord. (Voir prochain article).

Solo

J’ai suivi presque à l’exactitude le thème vocal de Sunny. Celui ci est composé sur la pentatotinque (en tout cas toutes les notes utilisées dans le thème sont présentes dans la penta). Intéressant pour cette ligne de chant multiculturelle, multigénérationelle et mondialement connue (simplicité et efficacité sont toujours les maîtres mots), je vous invite à regarder une vidéo de Bobby Mc ferrin sur le pouvoir de cette gamme :

 

Soyez honnête … vous êtes guitariste soliste sur ce morceau, vous arrivez sur cette grille, qu’est ce que naturellement vous vous chanteriez, par quelle note voudriez vous commencer ? Il est évident qu’on a tous envie de chanter ce thème ! Eh bien, on a pas besoin de voix pour le chanter, on peut très bien le jouer sur notre guitare (se chanter les notes c’est faire chanter sa guitare). La voix est un instrument comme tout les autres, il faut la travailler, la moduler avec des vibratos et autres legato; choses que l’on doit également faire sur nimporte quel autre instrument. Je n’ai finalement que chercher à moduler et penser chaque note à travers cette improvisation (évidemment après vous pouvez partez en délire en double + tapping + sweeping + etc…).

Pour finir sur une petite anecdote, l’un de mes anciens professeurs et fondateur de la MAI de Nancy (Yannick Robert himself) nous disait à propos du travail autour du solo : “n’oubliez pas le thème du morceau, ne partez pas tout de suite dans une impro à 300 à l’heure sans queue ni tête, vous improvisez sur un morceau qui a un nom, une mélodie, une harmonie, ne l’oubliez pas”.

 

Bref, ne l’oubliez pas.

DC.