24 May 2017

Article rédigé par Aurélien Knaub, auteur du blog Batteur Sans Limite, qui traite de l’utilisation du développement personnel pour progresser à la batterie en développant sa technique, sa créativité, son jeu en groupe afin de venir un meilleur batteur.

 

La pratique et l’expérience sont fondamentaux : pour devenir meilleur, vous le savez, il va falloir passer quelques heures derrière les fûts. Mais la motivation n’est pas toujours au rendez-vous, surtout lorsqu’il s’agit de travailler les rudiments. Alors comment faire pour créer cette flamme qui vous fera progresser bien plus rapidement ?

 

Créer sa propre motivation

Tout comme un réalisateur de cinéma peut vous mettre dans un certain état émotif (avec la bonne musique, la bonne lumière, le jeu des acteurs etc.), vous pouvez choisir de créer votre motivation.

La motivation n’est alors plus accidentelle (comme c’est le cas lorsqu’une musique qui vous plaît passe à la radio, ou que vous apprenez une bonne nouvelle) mais elle est choisie, provoquée.

Il existe une quantité infinie de manières de se motiver pour faire plus de batterie, pour « trouver le temps » de jouer plus souvent, pour faire ces exercices difficiles mais nécessaires pour vous faire passer au niveau supérieur et progresser continuellement.

Si vous en avez marre de jouer toujours les mêmes breaks et les mêmes impros, voici quelques techniques qui vous permettront d’ouvrir votre esprit et votre jeu.

 

 

7 techniques que j’utilise pour rester motivé

J’ai essayé pas mal de techniques différentes, et voici celles que j’utilise quotidiennement et qui me permettent de faire une heure de travail de technique pur tous les jours.

 

1 : connaître ses boutons de la motivation
Imaginez-vous :
Vous entrez dans un avion. Une hôtesse vous accueille, et sur votre gauche vous apercevez le cockpit, avec la porte ouverte. Et là, vous entendez le pilote demander au copilote : « Dis-moi Julien, ils servent à quoi de nouveau tous ces boutons sur ma gauche ? » Comment est-ce que vous vous sentiriez ?

Il y a de fortes chances pour que vous passiez le vol en étant assez tendu. Tout simplement parce que le pilote ne connaît pas les boutons qui permettent de diriger l’avion.

C’est pareil avec la motivation : vous avez un tableau de bord, un certain nombre de boutons, et lorsque vous appuyez dessus, vous créez votre motivation.

Il s’agit donc de découvrir quels sont ces boutons, en observant quand est-ce que vous êtes motivé, et de se faire une liste d’au moins 20 boutons de la motivation.

Les moments où votre motivation se déclenche peuvent être très variés (après 10 minutes méditation, en écoutant du Jamiroquai, après avoir acheté des nouvelles baguettes, chercher à intégrer un groupe, appeler des gérants de salle de concerts, faire du sport, lire un livre de développement personnel, parler à une certaine personne etc.).

Vous connaissez certainement la plupart de vos boutons, pour en découvrir de nouveaux soyez simplement observateur de vos réactions et la prochaine fois qu’une musique vous fait danser dans la voiture et vous donne envie de conquérir le monde, noter son titre.

 

2 : faites-vous une playlist
Des chansons que vous ne savez pas encore jouer et que vous aimeriez jouer.

C’est une manière très ludique de se pousser à progresser, à découvrir de nouvelles choses et à passer plus de temps derrière sa batterie.

Vous pouvez avoir une playlist dans votre lecteur ou sur votre Smartphone qui sera consacré uniquement aux chansons que vous voulez jouer.

 

3 : se fixer un objectif à court terme
À faire seul ET en groupe.

Cela peut être de rejoindre un nouveau groupe, de faire plus de concerts, d’écrire plus de nouveaux morceaux, de trouver un nouveau break par semaine, d’atteindre les 260 bpm en double croche aux mains…

À vous de définir de manière spécifique (quantifier et dater) ce que vous voulez faire. Personnellement, je revois mes objectifs tous les 6 mois, et ça me motive énormément.

C’est ce que j’ai fait notamment en me lançant ce challenge.

 

4 : annoncer publiquement votre objectif
Cela va créé une pression positive.

Une fois que c’est annoncé publiquement plus question de faire demi tour, vous perdriez votre crédibilité !

Vous pouvez l’annoncer simplement à un ami, à un membre de la famille, ou encore mieux à un musicien de votre groupe si vous en avez un ou en trouvant un partenaire de motivation (un autre musicien qui se lancera aussi un challenge). Vous pourrez alors vous entre-motiver.

 

5 : planifier votre semaine
La planification, c’est ce qui vous évitera de faire partie de ceux qui « n’ont pas le temps« .
Si votre motivation est assez grande, vous trouverez le temps.

À vous de planifier votre semaine en fonction de ce que vous mettrez en place pour atteindre votre objectif (cet article vous aidera à savoir comment rendre l’atteinte d’un objectif inévitable)

Combien de temps voulez-vous accorder au travail de votre instrument ?
À quel heure de la journée ?
Quel(s) jour(s) de la semaine ?

Ces plages horaires seront alors « réservées » : vous venez de trouver du temps !

 

6 : faites de la batterie pendant vos pauses = relaxation active
Tout particulièrement pour ceux qui travaillent depuis la maison et les étudiants. C’est ce qu’on appelle une relaxation active, par opposition à la relaxation passive (regarder la télé, aller sur les réseaux sociaux…).

Lorsque vous travaillez, prenez le temps de faire de courtes pauses régulièrement, 10 min toutes les 2 heures par exemple.

Pendant ces 10 minutes, concentrez vous sur un exercice en particulier. Faites 3 pauses dans la journée et ça vous fait 30 minutes par jour concentrée sur un exercice spécifique : vous pourrez jouer un nouveau morceau par semaine !

 

7 : se mettre en action MAINTENANT
Il faut de la motivation pour créer de la motivation, et elle se créé à partir du résultat, et donc de l’action.

Pour allumer une bougie, il faut du feu. Pour entrer en action, il faut une action.

Alors on arrête de chercher la technique magique sur Youtube et on se lance !

En espérant que cet article vous ouvrira l’esprit et vous aidera à jouer plus, à faire de nouveaux exercices et à devenir un meilleur batteur.

 

À vos fûts !

 

Aurélien